Marché du bois: Augmentation de la demande

La reprise économique au niveau international, notamment dans le secteur de la construction, a fait augmenter de manière significative la demande de bois de sciage et de produits en bois transformés, ceci depuis le quatrième trimestre de 2020. Cela a entraîné par conséquent une augmentation de la demande de bois brut en tant que matière première, en particulier en Europe.

Pas de grandes piles de bois: les grands abattages ne sont généralement effectués que pendant la période d’octobre à avril ; Photo WaldSchweiz

La forte demande de bois de sciage a entraîné des hausses de prix au niveau international, qui se sont également traduites par de meilleurs prix pour le bois rond dans les pays voisins. La forte demande de bois frais à l'étranger (à quelques exceptions près) n'a pas eu lieu en Suisse, ou à peine. Malgré la tension du marché international du bois, les prix du bois rond en Suisse sont restés bas. L'économie forestière suisse à l'heure actuelle n'a donc à peine pu profiter de la demande croissante en Europe. Suite à cette pénurie de bois, qui s'est déjà manifestée à l'étranger au premier trimestre, on peut penser que la demande sera également plus importante en Suisse prochainement.

Cependant, la saison d'exploitation forestière en Suisse sera bientôt terminée. Il sera donc très difficile à court terme de mettre du bois rond supplémentaire sur le marché. Si une demande accrue en Suisse devait se manifester, les propriétaires forestiers auraient besoin de signaux immédiats avec des prix qui permettrait une récolte de bois rentable. D'après les résultats du réseau d'exploitation test des années 2017-2019, il est évident qu'il existe depuis un certain temps une tendance persistante selon laquelle les propriétaires forestiers ou les exploitations forestières enregistrent des déficits sur la seule récolte de bois.

Si l'on s'attend à ce que du bois supplémentaire soit mis sur le marché, l'augmentation du prix du bois transformé doit également se traduire par une augmentation du prix d'achat du bois brut. Le temps presse et l'entreprise risque d'être difficile dans tous les cas, car les grandes opérations d'exploitation forestière ne peuvent généralement être réalisées qu'entre octobre et avril.

Il est possible que la Suisse ait prêté trop peu d'attention aux signes de ses voisins européens et ait déjà raté l'occasion pour cette année. C'est aussi un signe clair que la communication de l'ensemble du secteur forêt-bois doit être améliorée dans le sens d'un renforcement et d’une valorisation au long de la chaîne du bois suisse.